Venus Juno Aeneas Louvre
4★
Cicéron Médaillon 1

Après avoir lu la vie de Cicéron par Andrea Fulvio, vous pourrez :

  • tester vos connaissances grammaticales sur le texte
  • approfondir ou découvrir un point de grammaire
  • vérifier votre compréhension du texte
  • étudier le médaillon et sa signification
  • en apprendre plus sur la vie de Cicéron
  • lire des textes latins classiques en rapport avec cette biographie
  • découvrir des images, plus ou moins modernes qui illustrent la notice de Fulvio

Lisez le texte latin en vous aidant des notes et du dictionnaire

M. Tullius uixit tres et sexaginta annos ut, si uis abfuisset, ne immatura quidem mors uideri posset. Ingenium et operibus et praemiis operarum felix, ipse fortunae diu prosperae ; et in longo tenore felicitatis magnis interim ictus uulneribus, exilio, ruina partium pro quibus steterat, filiae morte, exitu tam tristi atque acerbo, omnium aduersorum nihil ut uiro dignum erat tulit praeter mortem. Si quis tamen uirtutibus uitia pensarit, uir magnus ac memorabilis fuit.

Quo dicente, legem agrariam, hoc est alimenta sua, abdicarunt tribus, et Roscio theatralis auctori legis ignouerunt, notatasque sedes ignominiae discrimine aequo animo tulerunt ; quo orante proscriptorum liberos honores petere puduit. tuum Catilina fugit ingenium, tu M. Antonium proscripsisti. Salue primus omnium parens patriae appellate, primus in toga triumphum linguaeque lauream merite, et facundiae litterarum parens ; (ut dictator Caesar hostis quondam tuus non immerita de te scripserit), omnium triumphorum lauream adepte maiorem, quanto enim plus est ingenii Romani terminos quam imperii promouisse !

Grammaire : le relatif de liaison et l'ablatif absolu

Cette biographie de Cicéron comporte deux occurrences d'un tour typiquement latin : le relatif de liaison combiné à l'ablatif absolu. Ce sont les expressions quo dicente et quo orante.

Quand un pronom relatif est placé en début de phrase, après une ponctuation forte (point, point-virgule, point d'interrogation), il est souvent un relatif de liaison, qui équivaut à un pronom démonstratif (is, ea, id...), accompagné d'une conjonction de coordination (mais, or, et...). Dans ce cas, le pronom relatif n'introduit pas de proposition relative, il joue le rôle de coordonnant et il ne faut pas le traduire par un relatif. Dans l'expression, quo dicente, quo est un relatif de liaison, il équivaut à eo autem, eo est le pronom démonstratif à l'ablatif qui renvoie à Cicéron.

Mais ce tour quo dicente est aussi un ablatif absolu : il s'agit d'une proposition participiale composée au moins d'un sujet et d'un participe à l'ablatif, comme dans le tour bien connu Romulo regnante, "Romulus régnant", d'où "sous le règne de Romulus". L'ablatif absolu a une valeur circonstancielle de temps, de cause, de concession ou encore de condition. Il n'a pas d'autre fonction dans la phrase

Littéralement, quo dicente et quo orante, qui sont synonymes, signifient donc "et lequel / lui plaidant", d'où "comme il plaidait", avec une valeur temporelle et causale.

Activités sur le texte

Testez vos connaissances grammaticales

Répondez à ces questions d'analyse sur le texte, elles peuvent vous aider à traduire :

Quelle est l'analyse correcte de la forme posset ?
Le pronom relatif quibus est un ... ?
Quelle est la nature de la proposition hoc est alimenta sua ?

Révisez la morphologie en répondant à ces deux questions :

Au nominatif, exitu tam tristi et acerbo donne ... ?
L'indicatif présent de abdicarunt est ... ?

Analyse stylistique : questions de commentaire

  • Montrez comment dans le premier paragraphe, emprunté à Tite Live, l’éloge se mêle à une appréciation plus nuancée de la vie et du caractère de Cicéron.
  • Quels procédés stylistiques, nombreux dans le second paragraphe, tiré de Pline, appuient l’éloge de Cicéron ? 
  • D’après vous, quelle dimension de la vie de Cicéron l’auteur de la notice, qui emprunte à différents auteurs anciens, valorise-t-il le plus, sa carrière politique, sa vie personnelle, ou sa carrière d’homme de lettres ?

Parlons latin : répondez en latin à l'aide de phrases simples

  • Quae adversa Cicero passus est ?
  • Quae praemia habuit ?
  • Cur magnus et admirabilis homo fuit ?

Cicéron, sa vie, son oeuvre

Pour découvrir à quoi correspond la titulature de Cicéron et la portée symbolique de ce portrait, inspectez le médaillon :

La notice évoque un grand nombre d'événements marquants de la vie politique, personnelle et artistique de Cicéron : pour découvrir de quoi il s'agit, consultez un commentaire de cette notice

Pour aller plus loin : Cicéron, un brillant orateur

Dans le deuxième paragraphe de cette notice biographique, Andrea Fulvio, qui reprend un texte de Pline l'Ancien, présente Cicéron comme un brillant orateur et fait l'éloge de son talent en rappelant ses grandes victoires et les récompenses qu'il a obtenues. Andrea Fulvio, et derrière lui Pline l'Ancien, sont loin d'être les seuls à avoir ce jugement positif sur Cicéron. Vous pourrez vous en convaincre en lisant deux textes qui illustrent le talent de Cicéron comme orateur. La célébrité du personnage lui a aussi valu d'être figuré à l'époque moderne dans la pratique de son art.

Cicéron, Catilinaires 1, 1

Dans la notice, les mots tuum Catilina fugit ingenium font référence à ce qui est sans doute la plus grande victoire de Cicéron en tant qu'orateur et homme politique : le démantèlement de la conjuration de Catilina en -63. Lisez l'exorde du premier des quatre discours que Cicéron a rédigés à cette occasion. Vous pourrez apprécier le style cicéronien.

Quo usque tandem abutere, Catilina, patientia nostra ? quam diu etiam furor iste tuus nos eludet ? quem ad finem sese effrenata iactabit audacia ? Nihilne te nocturnum praesidium Palati, nihil urbis uigiliae, nihil timor populi, nihil concursus bonorum omnium, nihil hic munitissimus habendi senatus locus, nihil horum ora uoltusque mouerunt ? Patere tua consilia non sentis, constrictam iam horum omnium scientia teneri coniurationem tuam non uides ? Quid proxima, quid superiore nocte egeris, ubi fueris, quos conuocaueris, quid consilii ceperis, quem nostrum ignorare arbitraris ?

Jusques à quand enfin, Catilina, abuseras-tu de notre patience ? Combien de temps encore ta fureur esquivera-t-elle nos coups? Jusqu'où s'emportera ton audace sans frein? Rien, ni les troupes qui, la nuit, occupent le Palatin, ni les rondes à travers la ville, ni l'anxiété du peuple, ni ce rassemblement de tous les bons citoyens, ni le choix de ce lieu, le plus sûr de tous, pour la convocation du Sénat, ni l'air ni l'expression de tous ceux qui sont ici, non, rien n'a pu te déconcerter? Tes projets sont percés à jour, ne le sens-tu pas? Ta conspiration, connue de tous, est déjà maîtrisée ; ne le vois-tu pas? Ce que tu as fait la nuit dernière, et aussi la nuit précédente, où tu as été, qui tu as convoqué, ce que tu as résolu, crois-tu qu'un seul d'entre nous l'ignore ? (Trad. E. Bailly)

Manuscrit Ciceron
British Library, MS 47678, f. 1r.

Répondez aux questions :

  • Quelle image de Catilina Cicéron donne-t-il ?
  • A contrario quelle image cherche-t-il à donner du peuple romain ?
  • D'où vient la force de cet exorde ?

Saurez-vous déchiffrer le début du discours sur ce manuscrit du IXe siècle?

Du texte à l'image

La scène où Cicéron dénonce Catilina devant les sénateurs a été représentée d'au moins deux manières très diverses. D'abord par le caricaturiste et illustrateur anglais John Leech, pour illustrer un ouvrage de G. Abbott publié en 1851 et intitulé The Comic History of Rome. Dans un style très différent, le peintre Cesare Maccari reprend le sujet pour une fresque monumentale (4x9m) du palais Madame à Rome, en 1882-1888.

Regardez ces deux illustrations et répondez aux questions

Cicéron John Leech
Gravure de John Leech, tirée de The Comic History of Rome, by G. Abbott à Beckett
Ciceron Catilina Pédag
Cesare Macchari, Cicéron dénonce Catilina, Palais Madame, Rome
  • Dans la caricature, différenciez les éléments inspirés de l'Antiquité des touches contemporaines introduites par l'artiste.
  • Sachant que le Palais Madame à Rome est le siège du Sénat, quel peut être le message du peintre en représentant ce sujet ?
  • Laquelle de ces deux représentations correspond le mieux à l'image que vous avez du Sénat romain d'après les témoignages que nous en avons ?
  • En quoi la représentation de Catilina au premier plan de la fresque traduit-elle d'une certaine façon l'effet que Cicéron cherche à produire au début de son discours ?

Quintilien, Institution oratoire, 10, 1, 111-112

Dans le premier chapitre du livre 10 de l'Institution oratoire, vaste manuel de rhétorique, Quintilien fait la liste de tous les bons auteurs, grecs et latins, que le futur orateur se doit de lire pour travailler son style. Selon lui, Cicéron est un des modèles principaux à imiter en raison de la perfection de son style. Ces lignes de Quintilien, qui ne répugne pas à l'hyperbole, complètent ainsi parfaitement l'éloge de Cicéron par Pline l'Ancien.

Iam in omnibus quae dicit tanta auctoritas inest ut dissentire pudeat, nec aduocati studium sed testis aut iudicis adferat fidem, cum interim haec omnia, quae uix singula quisquam intentissima cura consequi posset, fluunt inlaborata, et illa qua nihil pulchrius auditum est oratio prae se fert tamen felicissimam facilitatem. Quare non inmerito ab hominibus aetatis suae regnare in iudiciis dictus est, apud posteros uero id consecutus ut Cicero iam non hominis nomen sed eloquentiae habeatur.

Il y a même dans tout ce qu'il dit une telle autorité qu'on rougirait d'être en désaccord avec lui, et qu'elle porte avec elle, non la partialité d'un avocat, mais la loyauté d'un témoin ou d'un juge, et toutes ces qualités, dont une seule ne pourrait être acquise par un autre qu'avec peine au prix d'un soin très attentif, se déploient sans effort, et avec cela cette éloquence, la plus belle qu'on ait jamais entendue, a cependant tous les dehors de la plus heureuse facilité. C'est donc à juste titre que ses contemporains ont proclamé qu'il était souverain dans les tribunaux et que la postérité en est venue à faire du nom de CIcéron, non plus celui d'un homme, mais de l'éloquence même. (Trad. V. Cousin)

Répondez aux questions sur le texte

  • Quelles qualités rhétoriques de Cicéron Quintilien relève-t-il?
  • À quelle figure de style la phrase ut Cicero iam non hominis nomen sed eloquentiae habeatur fait-elle référence ? Est-ce encore le cas aujourd'hui ?
Par Bénédicte Chachuat
userclosebookinfo-circleexternal-linkgroupcaret-downellipsis-v