Venus Juno Aeneas Louvre

Porcie : l'épouse exemplaire

3★

Dans cette page, en travaillant sur différents supports, textes et images, vous allez découvrir qui était Porcie et quelles vertus elle incarnait et incarne encore aux yeux des Anciens et des Modernes.

Étude d'un bas-relief

Pour commencer à voir qui était Porcie, partons de ce bas-relief en marbre réalisé en 1495 par Gianmaria Mosca detto el Padovano. Il est exposé à Venise, à la Ca d'Oro. Observez bien le bas-relief et répondez aux questions. Nous regarderons ensuite l'inscription.

Porcie bas relief
Bas-relief en marbre, 1495, Venise (33x44 cm)
  • Qu'est en train de faire Porcie selon vous ?
  • Que tient-elle dans sa main gauche ?
  • Sur quoi sa main droite est-elle posée ?
  • Qu'exprime son visage et qui peut-elle bien regarder ?
  • Sa posture vous semble-t-elle naturelle ?

Regardons l'inscription du bas-relief. Complétez les mots qui manquent :

porcia-inscription

Remplissez les trous.

Traduisez le texte ainsi reconstitué :

Remplissez les trous.

Vous savez désormais qui sont les proches parents de Porcie. Retenez-le bien car il en sera question dans les textes que nous allons étudier. Vous pouvez reprendre les questions posées plus haut sur le bas-relief pour compléter vos réponses à l'aide du texte que vous venez de traduire. D'après ce que vous savez maintenant d'elle, quelles valeurs Porcie peut-elle incarner ?

Porcie chez Valère-Maxime

Un des auteurs latins à nous parler de Porcie est Valère-Maxime, historien du Ier siècle ap. J.-C., qui vécut sous les règnes d'Auguste et de Tibère. Il est l'auteur d'une compilation intitulée Factorum et dictorum memorabilium, libri IX, Faits et dits mémorables. Dans cette œuvre, il propose une sélection organisée de passages tirés des historiens anciens, à des fins morales, puisqu'il s'agit aussi de décrire les vices et les vertus des hommes. Le quatrième livre, duquel est extrait le passage sur lequel nous allons travailler, traite de la modération, du désintéressement, de la pauvreté, de l'amour conjugal et de l'amitié. Valère-Maxime consacre ainsi une notice à Porcie (4, 6, 5).

En vous aidant des notes et du dictionnaire, lisez le texte suivant :

Tuos quoque castissimos ignes, Porcia M. Catonis filia, cuncta saecula debita admiratione prosequentur. Quae, cum apud Philippos, uictum et interemptum uirum tuum Brutum cognosses, quia ferrum non dabatur, ardentes ore carbones haurire non dubitasti, muliebri spiritu uirilem patris exitum imitata. Sed nescio an hoc fortius, quod ille usitato, tu nouo genere mortis absumpta es.

Traduisez le texte en complétant les trous :

Traduisez le texte en remplissant les trous.

Répondez aux questions sur le texte :

  • Avec l'expression tuos castissimos ignes, quelle vertu de Porcie Valère-Maxime célèbre-t-il ?
  • Maintenant que vous savez comment Porcie est morte, que pouvez-vous dire du choix du terme ignes dans cette expression ?
  • Pourquoi Porcie s'est-elle suicidée ?
  • Faites une recherche pour découvrir dans quelles circonstances son mari Brutus a été tué.
  • Comment comprenez vous le tour muliebri spiritu uirilem patris exitum imitata ? Que nous apprend-il du caractère de Porcie ?
  • Faites une recherche pour découvrir comment Caton est mort.
  • Relevez les termes qui expriment l'admiration et le jugement positif de Valère-Maxime.

Observez cette peinture :

Si vous la regardez de gauche à droite, elle décrit bien les événements qui ont conduit au suicide de Porcie. À quelles phrases du texte de Valère-Maxime pouvez-vous faire correspondre les différentes scènes de cette toile ?

Jacopo del Sellaio
La légende de Porcie et Brutus, Jacopo del Sellaio, 1485, San Francisco, Fine Arts Museums (49x150 cm)

Porcie chez Plutarque

Les auteurs de langue grecque, Plutarque, Appien, Cassius Dion se sont eux aussi intéressés à la figure de Porcie. Les textes de Plutarque sont intéressants car ils n'évoquent pas seulement le suicide de cette femme, mais aussi l'épisode de l'assassinat de César par Brutus. Ils mettent ainsi en relief d'autres qualités de Porcie, tout en faisant allusion à de possibles discussions sur les circonstances exactes de sa mort . Les textes que vous allez pouvoir lire sont assez longs, mais riches d'informations.

Porcie et Brutus : un dialogue révélateur

Alors que Brutus projette l'assassinat de César, son épouse, Porcie, se rend compte de son trouble . Pour encourager son mari à lui faire part de ses préoccupations et lui montrer qu'elle est digne de confiance, Porcie n'hésite pas à faire preuve d'une grande audace :

Porcia était affectueuse, elle aimait son époux, elle était pleine de fierté et d'intelligence. Elle n'essaya pas de l'interroger sur ses secrets avant d'avoir fait sur elle-même l'expérience suivante. Elle prit un ciseau dont les coiffeurs se servent pour tailler les ongles, fit sortir de sa chambre toutes les servantes et s'entailla la cuisse si profondément qu'un flot de sang se mit à couler et que, peu après, sa blessure entraîna de violentes souffrances et des frissons de fièvre. Comme Brutus s'inquiétait et se tourmentait, elle lui dit, malgré l'extrême douleur qui la tourmentait : "Brutus, je suis fille de Caton. Si j'ai été donnée à ta maison, ce n'est pas seulement pour partager ton lit et ta table, comme les concubines, mais aussi pour être associée à tes bonheurs et à tes chagrins. Ta conduite conjugale est irréprochable, mais, de mon côté, quelle preuve d'amour puis-je te donner, quelle marque de reconnaissance, si je ne porte pas avec toi ton secret douloureux et ton souci qu'il te faut confier à une oreille sûre. Je le sais, la nature féminine semble trop faible pour garder un secret, mais, crois-moi, Brutus, une bonne éducation et la fréquentation des gens de bien confèrent au caractère une sorte de force. J'ai le privilège, de plus, d'être la fille de Caton et l'épouse de Brutus. Jusqu'ici, je n'en tirais que peu d'assurance, mais à présent, je me connais et je sais que la souffrance ne peut me vaincre." Sur ces mots, elle lui montre sa blessure et lui explique l'épreuve à laquelle elle s'est soumise. Brutus, stupéfait, tendit les mains vers le ciel et pria les dieux de lui permettre de réussir dans son entreprise et de se montrer le digne époux de Porcia.

Plutarque, Brutus, 13, 4-11

Répondez aux questions sur le texte :

  • Quelles sont les qualités de Porcie que Plutarque souligne lui-même ?
  • Pourquoi, selon-vous, Porcie rappelle-t-elle à plusieurs reprises qu'elle est la fille de Caton ? Qu'est-ce que cette filiation implique ?
  • Selon Porcie, quels sont les devoirs d'une épouse à l'égard de son mari ?
  • Analyser la manière dont Porcie évoque le caractère habituel des femmes pour s'en détacher.
  • Que symbolisent la blessure de Porcie et sa résistance à la douleur ?
  • Quelle est la réaction de Brutus, comme juge-t-il sa femme ?
Sirani, Porcia
Porcie se blessant à la cuisse, E. Sirani, 1664
  • Regardez la scène en arrière-plan : que représente-t-elle ?
  • À quel style pouvez-vous rattacher cette oeuvre ? Si vous ne savez pas, faites une recherche sur le peintre.
  • Comment la détermination de Porcie est-elle traduite ?
  • Quand la scène a-t-elle lieu ?

La douleur de la séparation

Après le meurtre de César et l'arrivée d'Octave à Rome, Brutus doit quitter la ville. Plutarque relate la scène de séparation entre Brutus et Porcia. Ce genre de scène est typique de la littérature élégiaque. La réaction de Porcie est conforme à celle des héroïnes abandonnées par leur mari. Mais, cette scène, est l'occasion de souligner une autre qualité de la matrone romaine : son patriotisme.

Brutus décida de quitter l'Italie, traversa la Lucanie par voie de terre et se rendit à Vélia au bord de la mer. C'est là que Porcia devait le quitter pour regagner Rome. Elle essayait de cacher sa profonde émotion mais, malgré tout son courage, elle fut trahie par un tableau. Le sujet était tiré de la littérature grecque: il s'agissait du moment où Andromaque raccompagne Hector et lui prend des mains leur petit enfant tout en gardant les yeux fixés sur son époux. En voyant cette peinture qui lui présentait l'image de son malheur, Porcia fondit en larmes et, à plusieurs reprises dans la journée, elle revient le voir en pleurant.

Comme Acilius, un des amis de Brutus, récitait les vers d'Andromaque à Hector : Tu es pour moi un père et une auguste mère, / un frère et le vaillant compagnon de ma couche, Brutus répliqua en souriant : "il ne me viendrait pas à l'idée, à moi, d'adresser à Porcia les paroles d'Hector : surveille la navette et le fuseau des femmes. En effet, si sa faiblesse physique l'empêche d'accomplir les mêmes exploits que les hommes, son attachement à la patrie est aussi noble que le nôtre". Tel est du moins le récit de Bibulus, le fils de Porcia.

Plutarque, Brutus, 23, 1-7
  • À quel personnage Porcie s'identifie-t-elle ? Faites une recherche sur cette femme.
  • Pour quelles raisons Brutus nuance-t-il cette comparaison ?
  • Qu'est-ce qui distingue Porcie des hommes ?

Pour mieux comprendre cette scène, lisez la scène de l'Iliade d'Homère à laquelle il est fait allusion : chant 6, vers 482-499.

Porcie chez Martial : Epigrammes 1, 43

Martial, poète latin de la deuxième moitié du Ier siècle, consacre une de ses Epigrammes à la figure de Porcie. Les six vers qu'il compose, en distiques élégiaques, illustrent la détermination de la jeune femme. Cette petite pièce est très efficace : deux vers narratifs posent le contexte, le poète donne ensuite la parole à Porcie pendant deux vers ; le cinquième vers décrit le passage à l'acte, tandis que le dernier vers contient une apostrophe du poète à la foule avec des mots qui pourraient aussi être ceux de Porcie.

Lisez et traduisez le texte suivant qui n'est pas difficile :

Coniugis audisset fatum cum Porcia Bruti

et subtracta sibi quaereret arma dolor,

"nondum scitis, ait, mortem posse negari ?

Credideram fatis hoc docuisse patrem"

Dixit et ardentes auido bibit ore fauillas.

I nunc et ferrum, turba molesta, nega.

Cette épigramme de Martial figure au début de l'édition de la première tragédie française de Robert Garnier, publiée en 1568, qui a pour titre Porcie et pour sous-titre complet "Tragedie françoise, représentant la cruelle et sanglante saison des guerres civiles de Rome : propre et convenable pour y voir depeincte la calamité de ce temps." Ne pouvant être représentée sur scène pour des raisons de convenances, la mort de Porcie est racontée par sa nourrice, à l'acte V.

Porcie chez Boccace

Avec le De mulieribus claris, Les femmes illustres, Boccace est l'un des premiers auteurs à composer un recueil de biographies féminines. Ses notices suivent une même logique : l'auteur commence par rappeler les origines familiales de son héroïne, avant de présenter la qualité pour laquelle elle est passée à la postérité. Pour Boccace, c'est son amour pur et parfait qui a fait la célébrité de Porcie. Il lui consacre la vie 82 de son recueil. Nous étudierons trois passages pour les comparer avec les récits de Valère Maxime et de Plutarque que nous venons de voir.

Porcie et le couteau de barbier

Boccace relate la scène où Porcie se blesse volontairement avec un couteau. Le sens qu'il donne à l'épisode est légèrement différent de ce qui ressort du récit de Plutarque. Traduisez le texte en vous aidant des notes et du dictionnaire.

(1) Qui integritatis Portie conscius, cum eidem scelesti facinoris aperuisset archanum, factum est ut, ea nocte cui dies illuxit qua Caesar humanis rebus coniuratorum opere substractus est, exeunte Bruto cubiculum, Portia tonsoris nouaculam summeret, quasi unguium superflua resectura ; fingensque illa sibi casu cecidisse, se ex animo uulnerauit. (2) Sane astantes ancillule cum manare uidissent sanguinem, abiens Brutus in cubiculum reuocatus est et ab eo obiurgata Portia quoniam tonsoris preripuisset officium. (3) Portia autem, semotis ancillulis, inquit : "Minime temerarie factum quod putas est ; tentatura autem quo animo me ipsam gladio perimere et mortem perpeti possem, si minus tibi pro votis cepta succederent, feci". (4) O inexhausti uigoris amor et uir tali coniuge felix !

Répondez aux questions suivantes sur le texte :

  • Dans la phrase 1, relevez une expression indiquant une qualité de Porcie
  • Qu'indiquent les mots suivants dans le texte latin : quasi... resectura ; fingens ; casu ; ex animo ; minime temerarie ; tentatura... feci ? Quel trait de caractère de Porcie révèlent-t-ils selon vous ?
  • Dans la version de Boccace, pourquoi Porcie se blesse-t-elle volontairement ? Lisez bien la phrase 3. Boccace et Plutarque interprètent-ils l'acte de Porcie de la même façon ?

La mort de Porcie

Lisez le texte en vous aidant des notes et complétez le texte à trous :

(1) Ipse Brutus occisus est. (2) Quod cum audisset Portia, nil sibi, substracto uiro, laetum futurum existimans, arbitrata non alio animo mortem passuram quam olim cultri tonsorii uulnus, confestim in uetus propositum uenit. (3) Et cum ad uoluntariam necem nullum sibi adeo cito, ut impetus exposcebat, praestari uidebatur instrumentum, ignitos carbones, quos forte propinquos habebat, indubitanter manibus gucturi iniectos exhausit. (4) a quibus praecordia exurentibus spiritus uitalis abire in mortem coactus est.

Remplissez les trous.

Observez ces illustrations qui accompagnent différentes éditions du De mulieribus claris. Il s'agit de deux miniatures qui précèdent le texte de Boccace que vous avez traduit.

  • Quels points communs observez-vous entre ces deux illustrations ?

Conclusion de Boccace

Boccace conclut ainsi sa notice en louant l'originalité de la mort de Porcie qu'il compare à son père :

nec dubium quin, quanto magis inusitatum mortis genus intulere, tanto occumbenti plus fulgoris coniugalis diligentie ingessere. Cuius etiam fortitudini patris reseratum manibus uulnus nil merite laudis potuit auferre.

"Il n'est pas douteux que l'originalité de ce genre de mort donna d'autant plus d'éclat à la foi conjugale de la malheureuse. Et la blessure que s'était infligé lui-même son père ne put rien ôter au mérite ni à la gloire que lui valut son courage".

LXXXII, 50-53
  • Relevez l'expression latine indiquant la vertu principale de Porcie selon Boccace
  • Quelle qualité, plutôt masculine, Boccace prête-t-il à Porcie ? Relevez le terme latin.
  • Comparez les mots de Boccace à ceux de Valère Maxime sur le rapport de Porcie à son père

Porcie, une figure exemplaire de l'Histoire de deux amants

À plusieurs reprises dans l'Histoire de deux amants d'Enea Silvio Piccolomini, Porcie est mentionnée comme point de comparaison pour illustrer un trait de caractère ou une vertu de l'héroïne de cet ouvrage, la jeune Lucrèce. Lisons ces textes afin de voir ce que l'auteur a retenu de la Porcie antique et la manière dont il utilise ses qualités exemplaires dans son oeuvre.

Dans un dialogue avec son serviteur Sosie, Lucrèce explique qu'elle n'a trouvé que le suicide comme moyen d'éteindre la passion qu'elle éprouve pour son amant Euryale. Elle prend en exemple Porcie en ces termes :

"Genus leti quaero : ferro laqueo precipitio ueneno uendicare castitatem licet ; unum horum adgrediar".

"Non patiar", inquit Sosias

At Lucrecia : "si quis mori constituit, prohiberi non potest", ait. "Porcia Cathonis mortuo Bruto, cum ferrum sibi subtractum esset, carbones ardentes ebibit".

  • Lisez et traduisez ce dialogue en vous aidant des notes.
  • Quelle vertu Porcie incarne-t-elle aux yeux de Lucrèce ?
  • Quels éléments de son histoire retrouvez-vous dans ce bref texte ?

Beaucoup plus tard dans le récit, alors qu'Euryale et Lucrèce entretiennent une relation amoureuse, Euryale n'a d'autre choix que de suivre l'Empereur. Les deux amants doivent se séparer, ce qui donne lieu à une scène déchirante et pathétique. C'est à nouveau l'exemple de Porcie, avec d'autres, qui est invoqué pour illustrer la douleur de Lucrèce :

Quis scribere, quis referre, quis cogitare posset illarum mentium molestias, nisi qui aliquando insaniauit ? Laodamia recedente Protesilao et ad sacras Ilii pugnas exeunte exanguis cecidit. Eadem postquam uiri mortem agnouit, uiuere amplius non potuit. Dido Phenissa post fatalem Aeneae recessum seipsam interemit. Nec Porcia post Bruti necem uoluit superesse.

Remplissez les trous.

  • À quelles figures Porcie est-elle associée ? Si vous ne les connaissez pas, faites une recherche documentaire.
  • À quelle figure de style correspond l'expression nec uoluit superesse pour dire que Porcie s'est donnée la mort ?
  • L'expression nisi qui aliquando insaniauit semble suggérer que Porcie, comme les autres figures féminines évoquées, étaient en proie à la folie lorsqu'elles ont mis fin à leurs jours. Qu'en pensez-vous ?

Synthèse :

Expliquez en quoi chacun des termes suivants correspond à une vertu de Porcie : uirtus, pietas, fides, pudor.

Activité d'écriture :

En vous inspirant des différents textes que vous avez étudiés, imaginez le discours par lequel Porcie explique à ses proches pourquoi elle veut mourir.

Latin vivant :

Vous pouvez trouver sur le site Latinitium en enregistrement d'une lecture de la notice que l'Abbé Lhomond consacre à la vie et à la mort de Brutus, dans son De Viris illustribus. En même temps que vous écoutez le texte lu, qui évoque Porcie à plusieurs reprises, vous pouvez en lire la transcription. Cet ouvrage, rédigé par l'Abbé Lhomond en 1775, a été pensé comme un manuel à destination des élèves de sixième, pour leur fournir des textes à la fois faciles à lire et riches d'un enseignement moral.

Par Bénédicte Chachuat
userclosebookinfo-circleexternal-linkgroupcaret-downellipsis-v