I. Hortensia, une matrone d'exception

Même si Hortensia était très célèbre dans l'Antiquité, aujourd'hui cette figure féminine a été quelque peu oubliée. Vous allez pouvoir la découvrir et l'apprécier comme les Anciens. Avant de vous présenter cette femme d'exception, modèle à imiter pour les Anciens mais aussi pour les érudits de la Renaissance, essayez de deviner, à partir d'une illustration, la raison pour laquelle elle est devenue célèbre. Cette enluminure accompagne la notice biographique que Boccace consacre à Hortensia dans son De mulieribus claris, dans un exemplaire d'une traduction française de l'ouvrage de Boccace publié en 1402. Regardez bien l'image :

Hortensia Boccace 1
Bnf, manuscrit français 12420, f. 125, Gallica
  1. Hortensia est à droite de l'image, au premier plan. Selon vous qu'est-elle en train de faire ? Pour vous aider, observez bien ses mains.
  2. Qui peuvent être les trois hommes assis en face d'elle ? Ont-ils l'air attentifs ?
  3. Dans l'Antiquité, pensez-vous qu'il soit courant qu'une femme se trouve ainsi seule face à des hommes ?
  4. Que vous inspirent les costumes des personnages ? Correspondent-ils aux vêtements que portaient les Romains et les Romaines dans l'Antiquité ?

Quelques informations biographiques

  • Carte d'identité :

Hortensia est la fille de Quintus Hortensius Hortalus, un orateur célèbre, et de Lutatia. Même si l'on ne connaît ni sa date de naissance, ni sa date de mort, on sait qu'elle a vécu au Ier siècle av. J.-C. grâce à un coup d'éclat qui a fait qu'elle est passée à la postérité. On ne sait pas grand-chose de sa vie : mariée et veuve tôt, elle aurait eu une fille.

  • Une oratrice audacieuse

Hortensia est surtout connue pour ses talents d'oratrice. En effet, en 42 av. J.-C., les membres du triumvirat promulguent une loi destinée à faire payer un impôt aux 1400 femmes les plus riches de Rome en leur imposant de remettre au trésor leurs bijoux et leurs biens précieux pour contribuer aux frais de la guerre. Scandalisées, les femmes protestent. Elles se rendent sur le forum et choisissent Hortensia comme porte-parole. Avec beaucoup de courage, Hortensia tient donc un discours devant les sénateurs. Ses talents d'oratrice, qu'elle tient de son père, font qu'elle parvient à convaincre les hommes au pouvoir de réduire le nombre de femmes soumises à l'impôt. Ce succès lui a valu de rester dans les mémoires.

  • Une matrone d'exception

À quoi le caractère exceptionnel et admirable d'Hortensia tient-il ?

  1. Il était extrêmement rare qu'une femme prenne ainsi la parole, seule, en public sans être accompagnée ou représentée par un homme de sa famille. Hortensia est donc la première femme « orateur » du forum.
  2. Ses talents d'oratrice étaient reconnus : le discours qu'elle a prononcé a été copié et était lu et étudié dans les écoles.
  3. Hortensia a su se montrer digne de son père.

Les auteurs anciens – Valère Maxime, Quintilien et Appien – n'ont pas tari d'éloges à son égard. Avant de retourner dans l'Antiquité, voyons, pour commencer, ce que Boccace pense d'elle.

II. Hortensia vue par Boccace à la Renaissance

II. 1. Le De mulieribus claris de Boccace

Boccace consacre la quatre-vingt-quatrième notice du De mulieribus claris à Hortensia. Le titre de cette notice biographique, De Hortensia Quinti Hortensii filia, renvoie à la manière traditionnelle de nommer les femmes dans l'Antiquité : contrairement aux hommes qui portent les tria nomina, la femme n'avait qu'un seul nom, celui de la gens à laquelle elle appartenait, sous une forme féminisée. Ce titre reste intéressant : il montre en effet que le personnage féminin d'Hortensia est saisi dans son rapport avec son père. C'est aussi un aspect que l'on retrouvera dans les textes anciens.

Pour en savoir plus sur les Femmes célèbres de Boccace, vous pouvez consulter la page consacrée à Médée.

II. 2. Introduction d'une notice élogieuse

Lisez la première phrase de la notice (aidez-vous des notes de vocabulaire) :

Hortensia Quinti Hortensii egregii oratoris filia dignis extollenda laudibus est, cum non solum Hortensii patris facundiam uiuaci pectore amplexa sit, sed eum etiam pronuntiandi uigorem seruauerit quem opportunitas exquisiuit, et qui saepissime in uiris doctissimis deficere consueuit.

Pour bien comprendre le texte : répondez aux questions suivantes sur le texte :

  1. Quelles sont les qualités d'Hortensia selon Boccace ?
  2. En quoi a-t-elle pu se montrer supérieure aux hommes ?
  3. Quelle structure grammaticale sert à mettre en valeur les raisons pour lesquelles elle doit être louée ?

Révisions grammaticales : répondez aux questions du quiz sur le comparatif et le superlatif

À quel degré est l'adverbe saepissime ?
Quelle traduction ne convient pas ?
À quel degré est l'adjectif "doctissimis" ?
À quel cas se met le complément du superlatif (quand il y en a un) ?

II. 3. Hortensia face aux triumvirs

Dans la suite de la notice biographique, Boccace raconte l'intervention d'Hortensia devant les triumvirs. Lisez le texte en vous aidant de la traduction en vis à vis.

Haec autem triumvirorum tempore, cum matronarum multitude, exigente reipublicae necessitate, intolerabili fere onere pecuniae exoluendae grauata uideretur, nec hominum inueniretur aliquis qui in rem tam incongruam praestare patrocinium auderet, sola ausa est constanti animo coram triumuiris rem feminarum assummere eamque perorando tam efficaciter inexhausta facundia agere, ut maxima audientium admiratione mutato sexu rediuius Hortensius crederetur.

Quant à elle, à l’époque des triumvirs, alors qu’il apparaissait qu’une multitude de matrones, pour les besoins de l’État, allaient devoir s’acquitter d’une taxe presque insupportable, et qu’il ne se trouvait aucun homme pour oser les appuyer dans une affaire aussi injuste, elle eut seule l’audace d’assumer fermement la cause des femmes devant les triumvirs, et quand elle prit la parole, avec son inépuisable éloquence, elle le fit avec une telle efficacité que le public, stupéfait, crut qu’au prix d’un changement de sexe, Hortensius était revenu à la vie. (trad. J.-Y. Boriaud)

  1. Qui sont les triumvirs à l'époque d'Hortensia (nous sommes en 42 av. J.-C.) ? Pour quelle guerre a-t-on besoin de plus d'argent ? Faites une recherche.
  2. Quels adjectifs traduisent le parti pris de Boccace dans la présentation des événements ?
  3. Quelle qualité l'expression constanti animo dénote-t-elle ?
  4. Quel effet surprenant le discours d'Hortensia produit-il sur les auditeurs ?

Dans sa notice biographique, Boccace ne reproduit pas le discours d'Hortensia. Comme ce discours était très célèbre – nous avons dit qu'il était lu et étudié dans les écoles – il a été conservé. C'est Appien, un historien de langue grecque de la fin du premier siècle de notre ère, qui nous l'a transmis. Comme tous les discours rapportés par les historiens, il n'est pas sûr qu'il s'agisse précisément des mots réellement prononcés par Hortensia, mais cette réécriture nous aide à avoir une idée de ce qu'Hortensia a pu dire. Vous pouvez lire ce discours, en grec et en traduction.

II. 4. Une intervention couronnée de succès

Grâce à son discours, Hortensia obtient gain de cause auprès des Triumvirs. Boccace rapporte en ces termes la réaction et l'opinion des sénateurs. Lisez et traduisez la phrase.

arbitrati quantum sub matronali stola in publicum taciturnitas laudanda uideatur, tantum, opportunitate exigente, ornatu suo decora sit extollenda loquacitas.

  1. Quelles sont les deux qualités féminines opposées par Boccace suivant les circonstances ?
  2. Relevez les parallélismes et oppositions, syntaxiques et sémantiques, qui en font une phrase très travaillée du point de vue stylistique et qui mettent en valeur l'opinion des Triumvirs.
  3. Selon vous, s'agit-il vraiment du point de vue des Triumvirs (arbitratri), et / ou de celui de Boccace ?

II. 5. Conclusion de Boccace

La notice biographique d'Hortensia s'achève par le jugement élogieux suivant :

Quid dicam uidisse tantum ueterie prosapiae spiritus in Hortensia afflauisse femina, nisi eam merito nomen Hortensiae consecutam?

Que dirais-je pour avoir vu le souffle d’une si ancienne lignée souffler chez une femme, Hortensia, sinon qu’elle a acquis à bon droit le nom d’Hortensia ? 

Regardez maintenant cette enluminure d'une édition du Champion des Dames de Martin Le Franc, un plaidoyer écrit entre 1441 et 1442, où l'auteur prend la défense des femmes.

  1. Quelles différences notez-vous par rapport à la première enluminure, en haut de cette page ?
  2. Essayez de déchiffrer le titre et les légendes. Pour vous aider, passez votre souris sur l'image.
  3. Les trois hommes représentés sont-ils vraiment des sénateurs, comme l'indique la légende ?
  4. Que vous évoque le vêtement d'Hortensia et des femmes qui l'accompagnent ?
  5. Qu'apporte la précision que ces femmes sont « veuves » ? L'information ne se trouve pas dans la notice de Boccace, mais on sait qu'à l'époque où Hortensia a prononcé son discours, elle était veuve depuis déjà plusieurs années.
  6. Selon Boccace, grâce à son succès, de quoi Hortensia se montre-t-elle digne ?

III. Regards antiques sur Hortensia

III. 1. Quintilien

Dans son manuel de rhétorique l'Institution Oratoire, Quintilien, pédagogue et rhéteur du Ier siècle de notre ère, évoque brièvement la figure d'Hortensia. Nous sommes au livre I, qui est consacré à la préparation de l'enfant aux études supérieures. Pour Quintilien, tous ceux qui entourent l'enfant dès son plus jeune âge – les nourrices, pédagogues, les esclaves, mais aussi les parents – doivent veiller à leur langage car celui-ci a une influence sur l'enfant. Ainsi, l'éloquence de son père a rejailli positivement sur Hortensia.

Lisez le texte en vous aidant des notes et du dictionnaire puis traduisez en complétant les trous :

In parentibus uero quam plurimum esse eruditionis optauerim. Nec de patribus tantum loquor : nam Gracchorum eloquentiae multum contulisse accepimus Corneliam matrem, cuius doctissimus sermo in posteros quoque est epistulis traditus. Et Laelia C. filia reddidisse in loquendo paternam elegentiam dicitur, et Hortensiae Q. filiae oratio apud triumuiros habita legitur non tantum in sexus honorem.

Remplissez les trous.

  1. De quelles autres figures féminines Hortensia est-elle rapprochée par Quintilien ? Si vous ne les connaissez pas, faites des recherches.
  2. Quel est leur point commun ?
  3. Que laisse entendre Quintilien en écrivant que le discours d'Hortensia n'est pas lu seulement pour« faire honneur au sexe féminin » ?

Un peu de paléographie : Essayez de déchiffrer ce passage de l'Institution Oratoire sur ce très beau manuscrit copié au XVe siècle et conservé à Florence. Aide : les petits signes en forme de "s" couché, ~, au-dessus des lettres (on les appelle des "tildes") indiquent qu'il faut ajouter un « n » ou un « m »

Hortensia Quintilien
Biblioteca Medicea Laurenziana, Plut. 22.05, f. 4r., BML

III. 2. Valère-Maxime

Historien et moraliste du Ier siècle de notre ère, Valère Maxime compose les Faits et dits mémorables, Facta et dicta memorabilia en latin. Il s'agit d'un recueil d'anecdotes et de paroles, destiné à instruire les lecteurs désireux de « puiser des enseignements dans l'histoire » comme l'écrit l'auteur dans sa préface adressée à Tibère. Chaque livre porte sur un thème. Le huitième, qui va nous intéresser, aborde des questions de justice et de droit. Le chapitre 3 présente ainsi trois femmes qui ont plaidé pour elles ou pour d'autres devant des magistrats. Le sujet de ce chapitre est ainsi introduit, pour l'auteur, c'est un devoir de parler de ces femmes :

Ne de his quidem feminis tacendum est, quas condicio naturae et uerecundia stolae ut in foro et iudiciis tacerent cohibere non ualuit.

  1. Relevez les expressions employées pour désigner le caractère féminin.
  2. Sachant que stola, ae, f. désigne la robe des matrones romaines, quelle figure de style reconnaissez-vous dans l'expression uerecundia stolae ? Retrouvez la même expression dans le texte de Boccace.

Après Maesia, de Sentinum, et C. Afrania, Valère Maxime en vient à la figure d'Hortensia.

Hortensia uero Q- Hortensi filia, cum ordo matronarum graui tributo a triumuiris esset oneratus <nec> quisquam uirorum patrocinium eis accommodare auderet, causam feminarum apud triumuiros et constanter et feliciter egit: repraesentata enim patris facundia impetrauit ut maior pars imperatae pecuniae his remitteretur.

Reuixit tum muliebri stirpe Q- Hortensius uerbisque filiae aspirauit, cuius si uirilis sexus posteri uim sequi uoluissent, Hortensianae eloquentiae tanta hereditas una feminae actione abscissa non esset.

Hortensia, la fille de Q. Hortensius, comme la classe des matrones avait été accablée par un lourd impôt par les triumvirs et qu’aucun homme n’osait se consacrer à leur défense, plaida la cause des femmes devant les triumvirs avec fermeté et bonheur. En effet, ayant reproduit l’éloquence de son père, elle obtint que la plus grande partie de la taxe qui leur était imposée soit abandonnée.

Q. Hortensius revécu alors dans sa descendance féminine et respira dans les mots de sa fille ; si les descendants du sexe masculin avaient voulu suivre sa voie, un tel l’héritage de l’éloquence de la famille Hortensia n’aurait pas été supprimé avec le seul et unique plaidoyer de cette femme.

  1. Relevez tous les termes appartenant au champ lexical du féminin, ainsi qu'à celui du masculin qui s'y oppose.
  2. Quels sont les conséquences et effets du discours prononcé par Hortensia ? Cela vous rappelle-t-il un autre passage ?
  3. Que pensez-vous de ce rapprochement constant entre les qualités d'oratrice d'Hortensia et le talent de son père ? Est-ce vraiment la femme oratrice qui est célébrée ou la femme oratrice qui s'est montrée digne de ses ancêtres, un fait toujours apprécié dans l'Antiquité ?
  4. Pourquoi le terme uim, à propos d'Hortensia, est-il intéressant ? Pensez à l'étymologie.

IV. Hortensia hier et aujourd'hui

IV. 1. De l'histoire à la fiction

Malgré sa popularité dans l'Antiquité et à la Renaissance, le personnage d'Hortensia est plutôt oublié aujourd'hui. Toutefois, en 2016, Annelise Freisenbruch, professeur de latin et auteur britannique, a écrit un roman policier dont elle est l'héroïne. S'il n'est pas (encore...) traduit en français, vous pouvez toujours le lire en langue originale pour voir revivre le personnage d'Hortensia !

Hortensia roman
Rivals of the Republic, Annelise Freisenbruch, 2016,

IV. 2. Des émules d'Hortensia ?

Hortensia, avec son éloquence remarquable et son érudition, a peut-être inspiré, directement ou indirectement, d'autres femmes à travers les siècles. Nous retiendrons deux exemples, très différents.

Le premier est celui d'Isotta Nogarola, une  « femme savante » du Quattrocento italien, écrivaine humaniste de la Renaissance, elle aussi connue pour ses talents oratoires et littéraires. Auteur de nombreux écrits – lettres, élégies, consolations, poèmes, oraisons – Isotta Nogarola, comme Hortensia avant elle, s'est aussi illustrée par ses prises de parole. Ainsi, en 1459, lors du concile de Mantoue, elle s'adresse au pape en personne pour le convaincre de lancer une croisade sur Constantinople. Voici comment son intervention est racontée et célébrée dans la vie qui lui est consacrée par Jacques de Bergame, dans un ouvrage (De plurimis claris selectisque mulieribus, 1497) qui se situe dans la continuation des Femmes célèbres de Boccace.

Celebrata erat maxime gravis ut et doctrina cum veteribus mulieribus eruditis merito posset comparari ; quod confirmant ejus luculentissimæ orationes, quas maximis pontificibus Romanis aliquot destinaverat : Nicolao verum quinto et Pio secundo præcipueque in eo conventu quem Mantuæ egisse eum constat. Suadebat namque et hortabatur validissimis argumentis et probationibus, non sine maxima exmplorum copia, cum pontificem tum reverendissimos sanctæ ecclesiæ cardinales et christianorum principes adversus Turcum, qui christianum nomen et christianam religionem conabatur evertere. Quæ quidem oratio, tantam præ se ferebat doctrinam tantumque nitorem et eloquentiam, quantum quis certe verbis explicare posset, cui feminæ propter eam doctrinam et optimum dicendi modum, non posset dici quantum laudis, quantumque ornamentum eidem accesserit.

En effet, tout le monde révérait son intelligence, son érudition et l’éclatante beauté de son corps pur, sans oublier son abstinence, sa frugalité, ses prières et ses autres qualités. Elle était surtout célébrée pour sa vigueur, de telle sorte que par son érudition on pouvait la comparer avec raison aux femmes érudites d’autrefois ; cela est d’ailleurs confirmé par les magnifiques discours qu’elle avait adressés à certains papes, c’est-à-dire Nicolas V et  Pie II, notamment lors du concile que celui-ci tint comme on le sait à Mantoue.  C’est là en effet que, avec des arguments et des démonstrations tout à fait percutants et accompagnés de maints exemples, elle persuada et exhorta d’une part le pape et d’autre part les vénérables cardinaux de la Sainte Église et les princes chrétiens à intervenir contre le Turque, lequel cherchait à jeter à bas le nom chrétien et la foi chrétienne. Ce discours en tout cas montrait autant d’érudition, d’élégance et d’éloquence qu’il est possible d’en déployer, et on ne saurait dire combien cette femme fut estimée et louée pour son érudition et à son talent oratoire admirable. (Trad. J. Amyot)

Le rapprochement entre Hortensia et Isotta Nogarola ne s'arrête pas là. Toutes deux sont évoquées dans l'installation artistique réalisée entre 1974 et 1979 par l'artiste féministe Judy Chicago, The Dinner party. Cette œuvre, sous la forme de 39 tables à manger dresser, se veut une histoire des femmes. L'œuvre réunit ainsi les noms de 1038 personnalités féminines mythiques ou historiques.

640px The Dinner Party
The Dinner party, Judy Chicago, Installation, Brooklyn Museum, New York, 1974-1979

Cette curieuse installation se présente sous la forme d'une structure triangulaire surélevée. Chaque côté du triangle (ou chaque table) mesure 14,63 mètres de long. Chaque table comporte 13 couverts, ce qui représente un total de 39 convives. Les trois côtés du triangle symbolisent trois périodes différentes de l'histoire : le premier rend hommage aux femmes depuis l'ère préhistorique à l'empire romain ; le deuxième côté concerne les femmes du début du christianisme à la Réforme; le troisième met à l'honneur les femmes de la Révolution américaine à l'impact du féminisme. Chaque invitée, au féminin, a un set de table brodé à son nom, ou un symbole en lien avec ses réalisations. Cette structure de 3 grandes tables repose sur un sol en céramique composé de 2300 carreaux de céramique : c'est sur ces carreaux, que l'auteur a baptisés "The Heritage Floor" que se trouvent inscrits les noms de 998 autres femmes, dont Hortensia et Isotta. Ce sont toutes des femmes qui ont marqué l'histoire à leur façon.

Ressources pédagogiques

I. Hortensia, une matrone d'exception

  1. Hortensia est en train de plaider devant les trois hommes qui lui font face. Elle leur adresse un discours. Ses mains font penser à l'attitude de quelqu'un qui cherche à convaincre son auditoire.
  2. Les trois hommes sont les trois triumvirs : Octave, Antoine et Lépide. Celui de droite la regarde, et semble faire un geste de la main pour l'arrêter. Les deux autres discutent.
  3. Il est très rare qu'une femme s'adresse ainsi seule à des hommes, dans un contexte officiel, comme au sénat ou au tribunal. Les femmes étaient généralement représentées ou accompagnées par un homme de leur famille: leur mari ou leur père le plus souvent.
  4. L'habillement est contemporain de l'illustration. Il n'y a aucune volonté de restituer une "couleur" antique.

II. Hortensia vue par Boccace à la Renaissance

II. 2. Introduction d'une notice élogieuse

Traduction du texte : "Hortensia, la fille de l'éminent orateur Quintus Hortensius, doit être célébrée avec de dignes louanges, puisqu'elle a non seulement embrassé l'éloquence de son père avec un coeur ardent, mais qu'elle a aussi gardé dans le discours la vigueur que la situation a exigée et qui très souvent a eu l'habitude de faire défaut chez les hommes les plus savants."

II. 4. Une intervention couronnée de succès

Traduction du texte: "ayant estimé qu'autant le silence, en public, semblait devoir être loué chez une matrone, autant, quand les circonstances l'exigeaient, son éloquence devait être célébrée pour son élégance et sa finesse".

II. 5. conclusion de Boccace. Réponse aux questions sur l'enluminure

  1. La différence principale est qu'Hortensia n'est plus seule face aux Triumvirs, elle est accompagnée par deux autres femmes, qui représentent le groupe des matrones. La figure d'Hortensia est ainsi moins singularisée, moins mise en valeur que dans la première enluminure.
  2. Les légendes sont développées dans les bulles qui apparaissent en passant la souris sur l'image
  3. Les trois hommes en question ne sont pas exactement des sénateurs mais les triumvirs, Octave, Antoine et Lépide. Il s'agit peut-être d'une confusion de l'auteur de l'enluminure, ou bien une déformation volontaire, pour simplifier la représentation : le public contemporain devait sans doute mieux connaître les sénateurs que les triumvirs.
  4. Leur vêtement fait penser à celui des veuves, c'est d'ailleurs le terme que l'on trouve dans la légende. Elles portent une longue robe noire, ainsi qu'une guimpe blanche. On peut penser également à des religieuses.
  5. Le statut de veuves confère une certaine dignité à ces femmes, comme si ce statut donnait une forme de légitimité à la femme pour développer son intelligence. Il faut savoir en effet que chez Boccace, quasiment toutes ses femmes lettrées sont veuves.
  6. Selon Boccace, Hortensia s'est montrée digne du nom qu'elle porte, et donc de son père.

III. Regards antiques sur Hortensia

III. 1. Quintilien

Traduction du texte (plusieurs mots sont parfois valides) : Quant aux parents, je souhaiterais / voudrais qu'ils aient la meilleure formation possible. Et je ne parle pas seulement des pères : en effet, nous savons que leur mère Cornélie a apporté beaucoup à l'éloquence des Gracques, elle dont le style très savant /le plus savant / extrêmement savant / fort savant a été aussi transmis à la postérité dans ses lettres. De même, Laelia, la fille de Caelius, passe pour avoir bien rendu dans son langage l'éloquence paternelle / éloquence de son père, et le discours prononcé par Hortensia, la fille de Q. Hortensius, devant les Triumvirs / triumvirs n'est pas lu seulement pour faire honneur au sexe féminin.

III. 3. Valère Maxime

Traduction : "Il ne faut pas même nous taire au sujet de ces femmes, que la condition de leur nature et la réserve de leur vêtement (imposée à leur vêtement) n'ont pu forcer à se taire dans le forum ou dans les procès."

Par Bénédicte Chachuat
usercloseinfo-circlegroupangle-downellipsis-vgraduation-cap